Présidentielle 2020 : Kako, candidat ?

Il est sans doute l’homme qui maintient le suspense. Aux visiteurs du soir, Pr. Kako Nubukpo a l’habitude de la phrase : « je n’ai pas d’ambition pour 2020 ». Mais l’idée d’une candidature de l’ancien ministre de la Prospective et de l’Evaluation des Politiques Publiques aux élections présidentielles de 2020 ne serait pas à exclure.

« Votre livre a des allures de programme économique. Vous avez été ministre de la prospective et de l’évaluation des politiques publiques du Togo entre 2013 et 2015. Envisagez-vous de vous présenter à la présidentielle togolaise en 2020 ? ». Réponse : « Je compte servir mon pays à l’endroit où je pourrais être le plus utile ». Ces propos du doyen de la Faculté des sciences économiques et de gestion (FASEG) à l’Université de Lomé extraits d’une récente interview accordée au journal « Le Monde », font réfléchir beaucoup sur ses réelles intentions par rapport au grand rendez-vous de 2020.

Connu pour être homme à ne pas manier la langue de bois, il aura été l’économiste africain le plus en vedette dans la presse locale et internationale ces derniers mois par rapport à sa critique du franc CFA, le débat sur l’émergence des pays africains, son nouveau livre « L’Urgence africaine » qui plaide pour un changement radical du modèle de croissance, etc. Pleinement convaincu de sa bataille contre le franc CFA qu’il mène ardemment, quitte à perdre des postes huppés qui requièrent pourtant une réserve sur bien des sujets d’ordre international, Pr. Kako Nubukpo ne rate aucune occasion pour faire valoir ses arguments.

Bien qu’étant aphone sur des sujets touchant directement la politique, l’ancien fonctionnaire de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) fait l’objet d’une curiosité dans l’opinion à l’approche des échéances électorales. Lui que le magazine panafricain a proposé comme une piste que proposerait le reliquat de la C14 pour le match de 2020. Une information démentie Brigitte Adjamagbo-Johnson, coordinatrice de la C14. N’empêche, le débat se poursuit.

Discours programme ?

Sur des programmes d’émergence des pays africains dont le Togo et le Plan national de développement (PND), Pr. Kako Nubukpo n’y est pas allé de main morte. « Je suis afroréaliste et je dénonce les faux-semblants de l’émergence. Ce discours a comblé un vide conceptuel après la fin des programmes d’ajustements structurels. Les cabinets de consultance internationaux qui élaborent ces plans – le Plan Sénégal Emergent, le Gabon Emergent, le Plan national de développement du Burkina Faso ou du Togo… – ne disent pas comment les financer. Alors les chefs d’Etat africains vont demander l’aide des Occidentaux pour le faire. Ces projets ne sont pas conçus en tenant compte des réalités de chaque pays. Il est temps de comprendre que personne ne développera l’Afrique à la place des Africains. Par ailleurs, inspirons-nous des belles expériences en cours chez les voisins du Ghana pour la solidité des institutions, de l’Ethiopie sur les coûts de production compétitifs, du Rwanda pour la bonne gouvernance », commente-t-il au micro du journal « Le Monde ».

Comme on le constate, à chaque fois qu’il est sollicité, il donne son avis sur le franc CFA, la gouvernance économique, le Trésor français et les échanges commerciaux qui, selon lui, profitent plus au reste du monde qu’à l’Afrique qui fournit quand même les matières premières. Dans un discours dont lui seul a le secret, Pr. Kako Nubukpo serait « l’homme sans tâche » présenté par certains milieux pour porter une candidature sérieuse en 2020, dans l’optique de bousculer la hiérarchie et d’inquiéter le candidat du parti au pouvoir.

Selon des indiscrétions, l’économiste engagé n’écarterait pas toute idée de faire acte de candidature aux élections présidentielles. Conscient des relations douchées avec la France dans les milieux diplomatiques pour sa position sur le franc CFA, Pr. Nubukpo manœuvrerait en gardant un pied sur le frein. « Il hésite. On se dit qu’il se demande s’il est véritablement prêt. Il a sa cellule parmi laquelle figure des Togolais qui travaillent beaucoup plus avec lui sur des questions de gouvernance économique. Mais n’oubliez pas que la prospective est transversale à tous les sujets. Il aurait également une cellule en Europe qui l’aide dans ses réflexions. Une sorte de think tank », analyse une source. « Ses récente sorties médiatiques ? Il est clair que c’est une stratégie pour lui afin de tâter le terrain. Ses interventions ont des allures de discours programme bien ficelé. S’il ne fait pas acte de candidature pour l’échéance de 2020, il le fera certainement lors des échéances à venir. Il se construit bien. Il a un nom et est adulé dans l’opinion, surtout qu’il a moins de casseroles », poursuit notre source.

Certaines informations parvenues à notre rédaction renseignaient entre-temps sur une rencontre entre le doyen de la FASEG de l’Université de Lomé et le chef de l’Etat ; rencontre qui n’aurait malheureusement pas tenu pour des raisons de calendrier de Faure Gnassingbé et dont on ignore encore l’ordre du jour.

Pr. Kako Nubukpo sera-t-il (réellement) candidat en 2020 ? Réponse dans quelques mois.

Elom ATTISSOGBE