Gallery de A à Z : S.O.S. O.T.R

Il est de ces entreprises qui remplissent leur devoir vis-à-vis du fisc. Mais beaucoup sont championnes en fraude fiscale, dès fois avec la complicité de certains agents de l’Office Togolais des Recettes (O.T.R). C’est le cas de la société Gallery de A à Z où se développe une pratique malsaine qui crée un manque à gagner pour l’Etat.

Les informations parvenues à notre rédaction sont à la limite du scandale. Derrière la baie vitrée de l’entreprise sise sur le boulevard du 13 janvier, à côté de Nopegali Plage, non loin du Festival des Glaces, se passent des choses incroyables.

Selon nos recoupements, à la fin de la journée, les responsables détruiraient les souches des reçus originaux délivrés aux clients qui ont effectué des achats. En lieu et place, ils en fabriqueraient d’autres. « C’est une vieille pratique », nous confie une source de la boîte qui n’a pas voulu que son nom soit cité.

Il nous est rapporté que certains agents de l’OTR sont complices de la manœuvre, moyennant une partie du pactole. Les états financiers déclarés par cette entreprise spécialisée dans la vente des mobiliers de bureau sont souvent loin de ce qu’elle doit normalement aux impôts. Selon nos informations, la mise en service d’un supermarché par la société facilite les opérations. « Par exemple, ils déclarent les articles vendus au supermarché à la place d’un mobilier complet vendu. C’est-à-dire qu’après la vente d’un salon, ils détruisent le reçu et déclarent à la place de ce salon, un article moins cher ou un consommable vendu au supermarché », raconte une autre source.

La société aurait eu les mêmes soucis avec le fisc en Guinée Equatoriale où ils sont aussi implantés. Selon les recoupements, c’est dans ce pays que le président directeur général de la structure est installé. Les services compétents de la Guinée Equatoriale ont entre-temps soumis la structure à un redressement fiscal. Il leur est même imposé dans ce pays le respect strict de leur cahier de charges, notamment leur responsabilité sociétale.

Toutes nos tentatives pour entrer en contact avec le directeur général de la société Gallery de A à Z sont restées vaines.

Nous reviendrons dans nos prochaines éditions avec les noms des agents complices au niveau de l’OTR ainsi que le mode opératoire.

La Rédaction