Flooz – T-Money : Le duel

Le secteur de la finance mobile explose sur le continent africain. Rien que dans l’espace UEMOA dont fait partie le Togo, il a pesé, d’après les données de l’organisation ouest-africaine, environ 12 000 milliards de francs CFA en 2016. Ce qui donne lieu à une concurrence âpre entre géants des télécoms. Au Togo, avec seulement deux opérateurs de téléphonie mobile, la compétition n’oppose qu’un duo : Togo Cellulaire et Moov-Togo. Si, de 2013 à 2016, Moov-Togo pouvait dormir sur ses deux oreilles avec son produit Flooz, c’en est fini. Togocel entend bouleverser le secteur avec T-Money, lancé en 2016. La concurrence s’articule autour de la fourniture de cartes SIM ou d’accès à Internet. Elle est désormais aussi dans la finance mobile.

Ils ont pesé au Togo, près de 263 milliards de francs CFA de transaction fin 2016. Moov-Togo occupant les trois quarts, du fait de l’arrivée tardive (seulement en juin 2016) de Togo Cellulaire sur le marché du transfert d’argent via téléphone portable. De 2016 à nos jours, les transferts d’argent par mobile devraient encore augmenter sur un rythme de croisière. 3,5%, table l’UEMOA. Alors, Moov-Togo et Togocel développent à tour de bras leurs services sur mobile. A l’instar des autres pays du continent africain, l’opportunité est aussi énorme au Togo. Un quart de la population togolaise a accès à un service bancaire, mais nombreux sont-ils à posséder un téléphone, voire même deux.

Mi-2013, Moov-Togo lançait le service Flooz avec des avantages tels que le dépôt, le retrait, le transfert, le paiement de crédit de communication, et le paiement marchand. Face au succès du produit, une première au Togo, et aux millions engendrés, Togocel n’a eu d’autre choix que de se lancer dans la course. Avec trois ans de retard. Au point même qu’en cette journée du 9 juin 2016, après le lancement officiel de son service T-Money, les citoyens togolais se sont mis à y voir une bataille rude sur le marché du mobile money.

« Il y a tellement d’innovation en matière de transfert d’argent qu’une bulle est en train de se créer. Tout le monde s’enflamme, de belles idées émergent. A long terme, Moov-Togo et Togocel lâcheront du lest. Il y aura plus que ça en terme de concurrence au Togo », assure Kékéli Viagbo, commercial dans une entreprise à Lomé. La banque classique va-t-elle disparaître au profit du mobile money ?

A ce jour, il est très compliqué de dire qui va gagner la bataille. Aucun chiffre officiel sur leurs activités n’est publié par les deux opérateurs du pays. Les deux entités ne communiquent pas sur le marché de la finance inclusive. Il faut donc se rabattre sur les publications chiffrées et autres statistiques des organisations internationales comme l’UEMOA. Toutefois, on sait que Moov-Togo a surfé en 2014 sur des transactions de 5 300 millions de francs CFA.

Ismaël ALI