Fetoboxe : Fin de la récréation

De plain-pied dans une nouvelle crise depuis la sanction du président Toto, la Fédération togolaise de boxe (Fetoboxe) est partie pour retrouver la sérénité dans les prochaines semaines. Le retour progressif à la normale a été acté hier lors d’une réunion entre les représentants des clubs, le Comité national olympique du Togo et un représentant du ministère des Sports. Un congrès statutaire et de nouvelles élections sont programmés pour le 17 novembre prochain.

La Fetoboxe n’a plus de bureau depuis hier mercredi 16 octobre 2018. Le ministère des Sports et le Comité olympique du Togo ont décidé de « mettre fin à la pagaille et au désordre » en gérant les affaires courantes de ladite Fédération jusqu’à l’élection d’un nouveau bureau.

En effet, selon le procès-verbal signé par les représentants des clubs membres de la Fetoboxe au terme d’une réunion tenue hier au siège du Comité national olympique du Togo (CNO-TOGO), la situation actuelle de cette Fédération et les préparatifs de son congrès statutaire et électif ont été débattus par les parties prenantes.

Présidée par le Secrétaire général du CNO-TOGO sous l’œil observateur de M. Mensah Manou, conseiller du ministre de la Communication, de la Culture, des Sports et de la Formation Civique, cette réunion a permis aux participants de convenir de ce qui suit : « la constatation de l’illégalité du bureau actuel de la Fetoboxe suite au courrier en date du 16 octobre 2018 de l’AIBA induisant la vacance du bureau de la Fetoboxe ; le CNO-TOGO assurera la gestion des affaires courantes de la Fetoboxe jusqu’au prochain congrès de la Fetoboxe ; l’organisation le samedi 17 novembre 2018 du congrès statutaire et électif de la Fetoboxe ; la mise sur pied d’une commission de rédaction des propositions d’amendement composé de deux représentants des clubs, notamment M. Israël Makèze Tebie de Asko Boxing Club, et M. komi Amouzou d’Agaza Boxing Club, un représentant du CNO-TOGO et un représentant du ministère des Sports ».

Par ailleurs, des propositions d’amendements des textes de la Fetoboxe ont reçu l’adhésion des participants et porteront sur les articles 28 et 32 des statuts. Selon l’article 32 des statuts, actuellement en vigueur, « seuls les membres du Bureau Exécutif ayant exercé au moins un mandat de quatre ans comme membres dans le bureau exécutif peuvent prétendre au poste de Président de la Fetoboxe. Les candidats à la présidence doivent être présentés par un club en règle vis-à-vis de la Fédération, avoir exercé au moins un mandat de quatre ans comme membre d’un bureau exécutif, et ne pas avoir été condamnés pénalement ou sanctionnés disciplinairement pour une violation grave des dispositions réglementaires de la Fetoboxe, de l’AFBC et de l’AIBA ». Des dispositions que les participants à la réunion d’hier ont décidé d’amender lors du congrès statutaire pour éviter que la situation actuelle à la tête de la Fetoboxe se reproduise à l’avenir. Les amendements devraient également portés sur le mode de scrutin, qui à l’avenir, si les acteurs le décident lors du prochain congrès, devra être un mode de scrutin où tous les postes seront pourvus indépendamment dans le cadre d’une élection en bonne et due forme.

Le dépôt des candidatures aux postes électifs se fait auprès du Secrétariat Administratif de CNO-TOGO au plus tard le mercredi 21 octobre 2018. Le CNO-TOGO est chargé de communiquer les propositions d’amendements aux clubs au plus tard trois semaines avant la tenue du congrès dont il assurera l’organisation.

Nicolas EDORH