Ecobank renoue avec les bénéfices

Le groupe Ecobank a tenu sa 30ème Assemblée générale ordinaire le 24 avril à Lomé. Des bénéfices ont été réalisés au terme de l’année 2017 et la réforme relative au mobile banking fait partie des innovations majeures du groupe. Toutes les résolutions ont été approuvées au cours de cette Assemblée générale.

Le résultat net du groupe Ecobank sur l’exercice 2017 s’élève à 182 millions de dollars US. Le bénéfice distribuable est chiffré au même montant. Cependant, le conseil d’administration a décidé de ne pas payer des dividendes aux actionnaires, mais d’affecter le résultat net à un report à nouveau.

« Nous avons renoué avec la rentabilité en 2017. Notre processus de gestion de risque s’est amélioré. Nous allons continuer à régler ce problème. Nous regrettions de ne pas pouvoir payer de dividendes en 2017. Nous prions que nos filiales puissent avoir suffisamment de ressources pour une croissance durable », a laissé entendre Emmanuel Ikazoboh, le président du groupe Ecobank.

Les actionnaires ont fait part de leur satisfaction que Ecobank ait renoué avec les bénéfices pour l’exercice clos au  31  décembre  2017. Ils ont approuvé toutes les résolutions de l’AGO, notamment la ratification de la cooptation en qualité d’administrateur de Monish Dutt de la Société financière internationale, Brian Kennedy du Groupe Nedbank et David O’Sullivan de Qatar National Bank.

Le mandat de Commissaire aux comptes attribué aux sociétés Deloitte  and Touche, Nigeria,  et Grant Thornton Côte d’Ivoire a été renouvelé pour une période d’un an.

« Toutes nos divisions et régions ont affiché une amélioration substantielle de leurs résultats financiers. Le Conseil d’administration estime que la banque  s’appuie à présent sur des  bases solides permettant une croissance durable qui créera de la valeur ajoutée pour les actionnaires », a ajouté Emmanuel Ikazoboh.

Le directeur général d’Ecobank, Ade Ayeyemi a indiqué que la stratégie de numérisation du groupe porte ses fruits rapidement. « Ecobank est sur la voie de devenir la banque numérique de choix dans les pays où elle est présente. En outre, après avoir rajusté la taille de l’entreprise et modifié des  procédures  importantes, Ecobank  tire  avantage de ses  atouts en tant que  première plateforme financière d’Afrique subsaharienne au profit de tous ses actionnaires. Banque solide et durable, elle promeut le développement économique et l’intégration  financière à travers le continent africain », a-t-il déclaré. « Les mesures que nous avons prises ont prouvé que notre stratégie est la bonne. Dans le processus de remplacement de la banque physique par le numérique, c’est du gagnant-gagnant. Permettre à nos clients d’avoir de l’argent plus rapidement, c’est notre défi. Nous respectons les exigences de nos régulateurs. En ce qui concerne la fermeture des banques au Nigeria et dans d’autres pays, ça fait partie des coûts de restructuration. Nous ne fermons pas Ecobank dans ces pays, mais nous introduisons le mobile banking », a fait savoir Ade Ayeyemi.

Ecobank Transnational Incorporated  (ETI),  société mère du groupe Ecobank, la première banque panafricaine, est implantée dans 36 pays du continent.

Elom ATTISSOGBE