Les dessous d’un business

La campagne intégrée de vaccination contre la rougeole et la rubéole, de supplémentation en vitamine A et de déparasitage à l’Albendazole a effectivement démarré le 12 février dernier. Cependant, le risque d’une campagne bâclée est à craindre, au regard des conditions de travail précaires des étudiants de l’Ecole nationale des auxiliaires médicaux (ENAM) envoyés de force sur le terrain dans le cadre de cette campagne.

Le secteur de la santé est en déclin, s’il ne l’est déjà. C’est un secret de Polichinelle. Contractualisation en panne, décès en cascade dans les centres de santé par manque de personnel (pas d’infirmiers au CHU Sylvanus Olympio dans les salles P6, P4, P7 et P9, un infirmier actuellement aux urgences chirurgicales, deux infirmiers seulement au service des prématurés pour 80 bébés hospitalisés, la réanimation polyvalente devenue un mouroir à cause du manque de médecins, NDLR), affectations à l’emporte-pièce vers des structures qui ne disposent pas des services appropriés où pourront exercer les médecins spécialistes affectés, absence de matériels de travail, etc. Voilà le triste bilan d’un ministre qui, aujourd’hui, passe pour une « grosse déception ».

Depuis sa nomination à la tête de ce département stratégique, le ministre – directeur de l’Ecole Nationale des Auxiliaires Médicaux (ENAM), regarde les problèmes de loin, comme s’il y est totalement étranger, alors qu’il exerçait au CHU Sylvanus Olympio comme chef service rhumatologie, avant son arrivée au gouvernement. Pire, il semble être recroquevillé sur lui-même, hostile à toute rencontre avec ses collègues médecins du Synphot qui le sollicitent depuis des mois pour échanger sur leurs conditions de travail.

Mauvaises conditions

Avec les mouvements de grève perlés du Syndicat national des praticiens hospitaliers du Togo (Synphot) sur le territoire national et craignant des répercussions sur la campagne de vaccination contre la rougeole et la rubéole, le ministre Mijiyawa aurait plutôt fait le choix d’envoyer sur le terrain, les étudiants de l’école dont il est le directeur, poste qu’il cumule avec son portefeuille de la Santé.

Selon nos recoupements, les étudiants en 1ère et 2ème année à l’ENAM sont retenus, pour la plupart, de même que certains stagiaires rappelés, dans le cadre de cette campagne. « C’est le directeur adjoint, M. Guédéhoussou qui a lui-même fait l’appel pour que nous montions dans les bus. Et gare à celui qui manque à l’appel. On nous a obligés à faire cette campagne. Je n’ai jamais vu ça, surtout qu’on fait sciemment de nous exploiter », confie un étudiant à l’ENAM. « Ce n’est pas normal de nous forcer à faire cette campagne, parce qu’il n’y a pas d’agents de santé pour le faire. C’est un pis-aller, déjà qu’il y a des étudiants de 1ère année qui sont retenus pour ce faire. C’est du bricolage », renchérit une autre.

Ce qui est encore plus déplorable, les étudiants envoyés sur le terrain dans le cadre de cette campagne de vaccination sont payés à 3.000 FCFA / jour (restauration et hébergement compris). « C’est la totale. Nous dormons dans des dispensaires. Certains de nos camarades ont trouvé refuge dans des Unités de soins périphériques (USP). C’est dans ces conditions que nous faisons la campagne de vaccination », déplore un étudiant que nous avons joint au téléphone, dépité. « Mais nous n’avons pas le choix », poursuit-il. « Le cauchemar va finir bientôt, puisque la campagne prendra fin le 18 février prochain », indique notre source.

C’est dans ces conditions que se poursuit la campagne intégrée de vaccination contre la rougeole et la rubéole, de supplémentation en vitamine A et de déparasitage à l’Albendazole. Une campagne qui va concerner « 3.437.106 enfants, filles comme garçons, âgés de 6 mois à 14 ans ».

Les vaccins contre la rougeole et la rubéole seront administrés aux enfants de 9 mois à 14 ans, la supplémentation de la vitamine A concerne les enfants de 9 mois à 14 ans et le déparasitage à l’Albendazole est destiné aux enfants de 1 à 5 ans, précise une note du ministère de la Santé.

La supplémentation de la vitamine A protège contrevles problèmes oculaires et renforce le système de défense naturelle contre les infections, tandis que l’Albendazole évite aux enfants l’anémie et la malnutrition. Le vaccin contre la rougeole et la rubéole protège les enfants contre les complications invalidantes et parfois mortelles.

Durant cette campagne, les agents de vaccination sont répartis sur trois postes, notamment ceux de poste fixe établi dans les formations sanitaires, ceux de poste fixe temporaire établi dans les marchés, les chefferies, les mosquées, les églises, les écoles maternelles, et les places publiques.

La rougeole est une maladie infectieuse hautement contagieuse et meurtrière qui se transmet par contact avec les secrétions du nez ou de la gorge d’une personne infectée et par les gouttelettes suspendues dans l’air lorsqu’elle éternue ou tousse. Elle se manifeste par une forte fièvre qui dure de 1 à 7 jours, une rougeur des yeux avec larmoiement, de petits points blanchâtres dans la face interne de la joue, et des éruptions cutanées.

Béatrice AGBODJINOU