SGI-TOGO : le DG Assigbi démissionne !

En disgrâce depuis quelques temps avec le conseil d’administration suite aux résultats mitigés de la Société de gestion et d’intermédiation du Togo (SGI-TOGO) doublés des problèmes internes relatifs à la gestion du personnel et surtout l’affaire du dernier emprunt obligataire qui a échappé à ladite société de bourse de place, Mensah Kokou Assigbi a démissionné de son poste de directeur général de la SGI-TOGO. Une démission confirmée par le conseil d’administration réuni en session extraordinaire le 26 février.

C’est officiel depuis lundi. Mensah Kokou Assigbi n’est plus le directeur général de la SGI-TOGO. L’intéressé a remis sa démission au conseil d’administration qui l’a officialisé. Après dix ans à la direction générale de ladite société, Mensah Kokou Assigbi sort ainsi par la petite porte. Décrié par son personnel, jugé non habile sur des dossiers chauds, le financier de formation s’en va, avec derrière lui, un bilan peu enviable.

Mensah Kokou Assigbi continue de gérer les affaires courantes jusqu’au recrutement d’un nouveau directeur général, un processus confié à un cabinet privé indépendant selon nos informations. Le conseil d’administration se veut davantage rigoureux sur la prochaine gestion de la structure. Cette fois-ci, elle a pris la décision de recruter également un directeur général adjoint à qui sera confiée l’administration de la SGI-TOGO. Une façon de ne pas laisser plein pouvoir au directeur général, eu égard à l’expérience de laquelle sort la société.

Dans notre dossier titré « SGI-TOGO : ce grand corps malade » publié dans notre parution 0041 du 11 janvier 2018, nous avons diagnostiqué les maux dont souffre cette société qui n’arrive plus à répondre véritablement aux emprunts obligataires, la faute à un directeur général qui dort sur ses lauriers. Une publication qui nous a valu des menaces de l’entourage de l’homme qui, par ailleurs, ont colporté des rumeurs des plus futiles, comme pour faire croire que sous Mensah Kokou Assigbi, la SGI-TOGO, c’est Alice au pays des merveilles. Mais rigoureux que nous sommes dans le traitement de l’information, nous sommes restés sereins. La réalité est pourtant là. Aujourd’hui, cette démission fracassante du directeur général nous donne raison. Le malaise à la SGI-TOGO sous la direction de Mensah Assigbi que les amis de ce dernier s’amusaient à balayer d’un revers de la main, porte désormais une tache indélébile. Bien regrettable pour ce financier de formation, qui avait encore la possibilité de redresser la barre, s’il n’avait pas été, à un moment donné, seul maître à bord, tout puissant de son état.

Selon nos informations, le dernier emprunt obligataire de l’Etat togolais dénommé « TPTG 6,90% 2018-2023 » d’un montant de soixante milliards (60 000 000 000) F CFA remporté par SOGEBOURSE, la SGI de Société Générale, a connu un franc succès. Un emprunt obligataire que pouvait valablement décrocher la SGI-TOGO si son désormais ex-directeur général n’avait pas pris l’opération à la légère.

Créée le 4 décembre 1996, la Société de Gestion et d’Intermédiation du Togo (SGI-TOGO) a démarré ses activités en 1998. C’est une société anonyme au capital social de 1 680 000 000 (un milliard six cent quatre-vingt millions) F CFA agréée par le Conseil Régional de l’Epargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF) de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) sous le N° 0143 le 15 décembre 1997. Membre de la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM), la SGI-TOGO est une société de bourse de place dont l’actionnariat est composé de banques, de compagnies d’assurances et de réassurances, d’établissements financiers ainsi que de divers opérateurs économiques privés du Togo.

La SGI-TOGO a pour mission l’intermédiation entre les capacités de financement et les besoins en financement en vue du développement économique et l’accroissement de la richesse des actionnaires des entreprises, celle des investisseurs particuliers et institutionnels ainsi que toutes les autres parties prenantes.

Elom ATTISSOGBE